Françoise

Françoise - RFrançoise d’après David Richardson

Nombre de citations du personnage dans chacun des sept livres de la Recherche

Total

Swann

JF

Guer

SG

Pris

Fug

TR

794

171

93

165

70

124

89

82

Modèles possibles : Céleste Albaret la fidèle gouvernante de Proust ; Ernestine Gallou la cuisinière de son oncle Amiot ; Félicie Fiteau, vieille servante chez les Proust.

Cuisinière de tante Léonie à Combray. Elle a une forte personnalité, fait preuve d’un rude bon sens paysan et alterne attentions et rudesse mais fait toujours montre d’une grande fidélité envers la famille du narrateur (1). C’est une excellente cuisinière et sait varier les menus avec les saisons pour le plus grand plaisir de la famille (2). Elle peut faire preuve de cruauté aussi bien envers les animaux qu’envers ses semblables, en particulier les gens humbles comme les domestiques de la maison (3) mais à l’inverse elle est d’une fidélité exemplaire vis-à-vis de sa maîtresse Léonie et s’occupera d’elle durant sa maladie puis son agonie avec beaucoup d’abnégation (4).

Après la mort de sa maîtresse elle entre au service des parents du narrateur à Paris. Avant tout cuisinière elle n’a pas perdu son goût pour les bons petits plats et se surpasse à l’occasion du déjeuner offert à M de Norpois avec son fameux bœuf aux carottes (5).

Durant l’été, Françoise accompagne le narrateur et sa grand-mère à Balbec. Elle s’habitue parfaitement bien au nouvel environnement et fait de nombreuses connaissances (6) au point que tellement occupée par ses nouvelles rencontres, la qualité de son service en souffre (7).

La famille du narrateur déménage pour habiter un appartement dans l’hôtel des Guermantes. Dans un premier temps Françoise souffre de ce changement  mais s’habitue très vite à sa nouvelle situation même si elle a parfois la nostalgie du pays et n’apprécie pas toujours le progrès de la ville, par exemple le téléphone qu’elle a en horreur et se refuse de toucher.

Alors que les parents du narrateur sont partis pour un long voyage, celui-ci invite la jeune fille à s’installer dans l’appartement parisien de la famille. Françoise n’aime pas Albertine pour beaucoup de raisons dont celle d’être pauvres (8). Elle craint aussi qu’elle ne fasse souffrir le jeune homme (9), de plus elle est bien consciente que sa présence lui cause un surcroît de travail. Son rejet d’Albertine devient si fort que le narrateur craint qu’elle ne devienne trop insolente et ne crée des complications.

Pour plaire au narrateur qui est maladivement jaloux, Albertine accepte de vivre confinée dans l’appartement et supporte mal cette situation. Un matin Françoise annonce brutalement au narrateur qu’Albertine est partie (10) et elle ne peut s’empêcher de montrer son soulagement après ce départ subi (11).

Malgré son attachement à la famille, il lui arrive de la mépriser jugeant très étrange certains de ses comportements. Elle-même a des réactions parfois surprenantes. En effet, confrontée à un  grand nombre de cas d’homosexualité dans son entourage elle finit par considérer qu’il s’agit là d’une coutume respectable (12).

Pendant la guerre elle se fait lire les journaux par le maître d’hôtel et souffre des atrocités commises d’autant plus que celui-ci invente les pires horreur pour mieux affoler une Françoise crédule (13).

Malgré ses défauts et ses travers, Françoise restera fidèle au narrateur jusqu’à sa mort du narrateur. Elle ira même jusqu’à l’aider dans le rangement et l’entretien de ses manuscrits (14).

Curieusement Françoise semble immortelle puisqu’elle est déjà grand-mère lorsque nous faisons sa connaissance au tout début de l’œuvre et elle réapparaît régulièrement jusqu’au dernier jour de la RechercheIl s’agit là certainement d’un « arrangement » de l’auteur avec le temps qui passe.

 

 

(1)

Mais depuis que nous allions à Combray je ne connaissais personne mieux que Françoise ; nous étions ses préférés, elle avait pour nous, au moins pendant les premières années, avec autant de considération que pour ma tante, un goût plus vif, parce que nous ajoutions, au prestige de faire partie de la famille (elle avait pour les liens invisibles que noue entre les membres d’une famille la circulation d’un même sang, autant de respect qu’un tragique grec), le charme de n’être pas ses maîtres habituels. (Swann 53/111).

(2)

Françoise ajoutait—selon les travaux des champs et des vergers, le fruit de la marée, les hasards du commerce, les politesses des voisins et son propre génie, et si bien que notre menu, comme ces quatre-feuilles qu’on sculptait au XIIIe siècle au portail des cathédrales, reflétait un peu le rythme des saisons et les épisodes de la vie— : une barbue parce que la marchande lui en avait garanti la fraîcheur, une dinde parce qu’elle en avait vu une belle au marché de Roussainville-le-Pin, des cardons à la moelle parce qu’elle ne nous en avait pas encore fait de cette manière-là, un gigot rôti parce que le grand air creuse et qu’il avait bien le temps de descendre d’ici sept heures, des épinards pour changer, des abricots parce que c’était encore une rareté, des groseilles parce que dans quinze jours il n’y en aurait plus, des framboises que M. Swann avait apportées exprès, des cerises, les premières qui vinssent du cerisier du jardin après deux ans qu’il n’en donnait plus, du fromage à la crème que j’aimais bien autrefois, un gâteau aux amandes parce qu’elle l’avait commandé la veille, une brioche parce que c’était notre tour de l’offrir. (Swann 61/133).

(3)

Quand je fus en bas, elle était en train, dans l’arrière-cuisine qui donnait sur la basse-cour, de tuer un poulet qui, par sa résistance désespérée et bien naturelle, mais accompagnée par Françoise hors d’elle, tandis qu’elle cherchait à lui fendre le cou sous l’oreille, des cris de « sale bête ! sale bête ! », mettait la sainte douceur et l’onction de notre servante un peu moins en lumière qu’il n’eût fait, au dîner du lendemain, par sa peau brodée d’or comme une chasuble et son jus précieux égoutté d’un ciboire. Quand il fut mort, Françoise recueillit le sang qui coulait sans noyer sa rancune, eut encore un sursaut de colère, et regardant le cadavre de son ennemi, dit une dernière fois : « Sale bête ! » Je remontai tout tremblant ; j’aurais voulu qu’on mît Françoise tout de suite à la porte. Mais qui m’eût fait des boules aussi chaudes, du café aussi parfumé, et même… ces poulets ?…(Swann 121/196).

Françoise trouvait pour servir sa volonté permanente de rendre la maison intenable à tout domestique, des ruses si savantes et si impitoyables que, bien des années plus tard, nous apprîmes que si cet été-là nous avions mangé presque tous les jours des asperges, c’était parce que leur odeur donnait à la pauvre fille de cuisine chargée de les éplucher des crises d’asthme d’une telle violence qu’elle fut obligée de finir par s’en aller. (Swann 124/199).

(4)

Pendant les quinze jours que dura la dernière maladie de ma tante, Françoise ne la quitta pas un instant, ne se déshabilla pas, ne laissa personne lui donner aucun soin, et ne quitta son corps que quand il fut enterré. (Swann 153/235).

(5)

Et, en effet, Françoise, surexcitée par l’ambition de réussir pour un invité de marque un dîner enfin semé de difficultés dignes d’elle, s’était donné une peine qu’elle ne prenait plus quand nous étions seuls et avait retrouvé sa manière incomparable de Combray. (JF 445/17).

(6)

Françoise qui le jour de son arrivée, quand elle ne connaissait encore personne sonnait à tort et à travers pour la moindre chose, à des heures où ma grand’mère et moi nous n’aurions pas osé le faire, et, si nous lui en faisions une légère observation répondait : « Mais on paye assez cher pour ça », comme si elle avait payé elle-même.  (JF 693/261).

(7)

Françoise détestait, du reste, Albertine parce que, pauvre, Albertine ne pouvait accroître ce que Françoise considérait comme mes supériorités. Elle souriait avec bienveillance chaque fois que j’étais invité par Mme de Villeparisis. En revanche elle était indignée qu’Albertine ne pratiquât pas la réciprocité. J’en étais arrivé à être obligé d’inventer de prétendus cadeaux faits par celle-ci et à l’existence desquels Françoise n’ajouta jamais l’ombre de foi. Ce manque de réciprocité la choquait surtout en matière alimentaire. (SG 737/134).

(8)

Mais Albertine elle-même n’était pour rien dans cette joie et, dès le lendemain, Françoise devait me dire ces paroles profondes : « Monsieur ne devrait pas voir cette demoiselle. Je vois bien le genre de caractère qu’elle a, elle vous fera des chagrins. »  (SG 788/184).

(9)

Mademoiselle Albertine est partie ! (Fug 419/3).

(10)

…  » Je voulais diminuer chez Françoise le détestable plaisir que lui causait le départ d’Albertine en lui faisant entrevoir qu’il serait court. (Fug 462/45).

(11)

Françoise qui avait déjà vu tout ce que M. de Charlus avait fait pour Jupien et tout ce que Robert de Saint-Loup faisait pour Morel n’en concluait pas que c’était un trait qui reparaissait à certaines générations chez les Guermantes, mais plutôt – comme Legrandin aimait beaucoup Théodore – elle avait fini, elle personne si morale et si pleine de préjugés, par croire que c’était une coutume que son universalité rendait respectable. Elle disait toujours d’un jeune homme, que ce fût Morel ou Théodore : « il a trouvé un Monsieur qui s’est toujours intéressé à lui et qui lui a bien aidé. (TR 700/6).

(12)

 » Il exagérait ainsi à tout instant les triomphes des allemands, comme il avait fait jadis pour ceux des radicaux  ; il narrait en même temps leurs atrocités afin que ces triomphes fussent plus pénibles encore à Françoise, laquelle ne cessait plus de dire  : « Ah ! Sainte Mère des Anges ! ». « Ah ! Marie Mère de Dieu »  (TR 842/149).

(13)

A force de coller les uns aux autres ces papiers que Françoise appelait mes paperoles, ils se déchiraient çà et là. Au besoin Françoise pourrait m’aider à les consolider de la même façon qu’elle mettait des pièces aux parties usées de ses robes ou qu’à la fenêtre de la cuisine, en attendant le vitrier comme moi l’imprimeur, elle collait un morceau de journal à la place d’un carreau cassé.

Elle me disait en me montrant mes cahiers rongés comme le bois où l’insecte s’est mis : « C’est tout mité, regardez, c’est malheureux, voilà un bout de page qui n’est plus qu’une dentelle, et l’examinant comme un tailleur, je ne crois pas que je pourrai la refaire, c’est perdu. C’est dommage, c’est peut-être vos plus belles idées. Comme on dit à Combray, il n’y a pas de fourreurs qui s’y connaissent aussi bien comme les mites. Elles se mettent toujours dans les meilleures étoffes. » (TR 1033/339).

 

4 réflexions au sujet de « Françoise »

  1. Le jeune valet de pied de Francoise dans le premier chapitre de Guermantes s’ appelle Victor (quarto p. 763). Il aime l’ emmenager et aussi d’avoir du rhume. Jamais il pourrait comprendre l’auteur, qui ‘sans songer a lui’ allait droit a Francoise (p. 753). Il fait des plaisanteries, en fredonnant (p. 763).

  2. Merci – dans « Le Temps Retrouvé » pg 152,le narrateur parley des cousins millionaires de Françoise – Y-aura it-il quelque part des éclaircissements à ce sujet?  » (Une famille riche?) merci – ce site est un travail monstre bien apprécié:)

    • A ma connaissance, ces riches et généreux cousins de Françoise ne sont cités qu’à la page 152 (collection Folio) du Temps Retrouvé. Je n’ai pas trouvé trace d’eux ailleurs dans la Recherche.
      Merci de l’intérêt que vous portez à ce site
      AV

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *