Nouveau : Lieux-dits, hameaux, villages, villes

L’espace dans lequel se développe « A la recherche du temps perdu » se limite pratiquement à trois villes et, pour les deux premières, aux territoires et villages environnants. Ces trois villes sont Combray, Balbec et Paris.

C’est à Combray que tout commence, dans ce village et sa région qui représentent si bien la France profonde et traditionnelle, situés à cheval sur la Beauce, riche plaine agricole, et le Perche, région bocagère plus sauvage. C’est dans la maison de tante Léonie que le Narrateur enfant passera des vacances chargées d’émotion et qu’il enregistrera des souvenirs inoubliables. Les promenades qu’il fait autour de Combray, que ce soit du côté de chez Swann, du côté de Guermantes, du côté de Méséglise, et dans bien d’autres endroits, lui feront connaître et aimer de multiples lieux-dits, hameaux et villages dont les noms reviennent sans cesse dans les sept livres de la Recherche. Ils deviendront de véritables lieux de mémoire dont le souvenir, heureux ou malheureux, restera à jamais gravé dans son esprit. Ainsi, les clochers de Martinville source de la première inspiration littéraire de l’enfant, Montjouvain, la maison de Monsieur Vinteuil, musicien talentueux et modeste, où le Narrateur fera une découverte troublante, Méséglise avec l’ombre ronde que les pommiers font sur la terre ensoleillée,…

Balbec, une station balnéaire sur la côte normande, inspirée de Cabourg mais aussi Trouville, où le Narrateur enfant fera, avec sa grand-mère puis sa mère, des séjours au fameux Grand Hôtel pour soigner son asthme. On y découvre de nombreuses petites stations côtières et de localités qui sont souvent les gares du petit train qui permet de découvrir la côte mais aussi de se rendre à la Raspelière,  la magnifique maison louée aux Cambremer par Mme Verdurin qui y reçoit avec faste et fermeté les membres de son petit clan. C’est à Balbec que le Narrateur adolescent fait la connaissance d’Albertine puis plus tard de Robert de Saint-Loup qui deviendra un de ses meilleurs amis, puis encore du célèbre peintre  Elstir.

Enfin Paris, le Paris haussmannien de la Belle Epoque où se déroule la plus grande partie de la Recherche. L’aristocratie et la haute bourgeoisie de la capitale qui habitaient de somptueux hôtels particuliers de la Rive Gauche dans le quartier du faubourg Saint-Germain, à cheval que les 6ème et 7ème arrondissements, se déplacent peu à peu de l’autre côté de la Seine, surtout dans le 8ème arrondissement, profitant des importantes rénovations réalisée par Haussmann. Puis, plus tard, dans le 16ème et vers le Bois de Boulogne et les Champs-Elysées. Ainsi, après la guerre, prince de Guermantes s’installera dans un somptueux hôtel particulier avenue du Bois (actuelle avenue de la Grande Armée.)

Cette rubrique se fixe comme objet de recenser les principaux, lieux-dits, hameaux, villages et villes, rencontrés dans la Recherche. 

Le tableau ci-dessous énumère toutes les localités identifiées dans l’oeuvre de Proust  et indique, pour chacune  d’entre elles, le nombre de citations ainsi que le total des occurrences.

Dans une deuxième partie, nous proposons pour chaque localité recensée, un résumé descriptif enrichi de quelques extraits choisis de manière tout à fait subjective.

 

Légende : Swann : du côté de chez Swann – JF : A l’ombre des jeunes filles en fleurs – Guer : Le côté de Guermantes – SG: Sodome et Gomorrhe – Pris : La prisonnière – Fug : Albertine disparue – TR : Le temps retrouvé

 

    Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
Amiens         1     5 6
Amsterdam       1 1 2 2   6
Angerville         1       1
Arambouville*     1   4       5
Arembouville*         1       1
Balbec ou Balbec-Plage   33 155 107 165 143 110 48 761
Balbec-en-Terre ou le Vieux         2       2
Bayeux   2     4       6
Beaumont         5       5
Benodet   2             2
Bricquebec         2       2
Brunswick   1             1
Caen     4   2       6
Carquethuit     8       2   10
Carqueville     2           2
Champieu   1             1
Chartres   5 3 4 1 1   1 15
Chatou   10             10
Cherbourg     1   5 1     7
Combray   133 48 70 36 31 33 77 428
Compiègne   5 1       1 1 8
Corliville             1   1
Costedor     1           1
Coutances   2             2
Criquebec     1           1
Delft   2 1 2 1 1     7
Dives           1     1
Doncières   1 15 28 40 5 8 14 111
Douville         19       19
Doville     1   12 3   1 17
Dresde   1 1   1 1     4
Dreux   2             2
Egleville         1       1
Egleville         1       1
Englesqueville         1       1
Epreville         10       10
Fervaches         2       2
Féterne     3 3 45       51
Fiésole   1             1
Florence   13 1 6         20
Gourville         5 1     6
Graincourt-Saint-Vast         5       5
Grattevast         4       4
Hudimesnil     1           1
Incarville     2   21 1 6   30
Infreville         8       8
Jouy-le-Vicomte   5           2 7
La Commanderie         6       6
La Fère               1 1
La Haye   1   2   1   1 5
La Raspelière     1   79 15 1 5 101
La Sogne     1   5       6
Lamballe   2             2
Lannion   2             2
Loigny           2     2
Maineville     3   21       24
Marcouville ‘l’Orgueilleuse)     3   3   2   8
Martinville   12 2 2   4 1 2 23
Méséglise   28 5 15 6 5 13 15 87
Mirougrain   1         3   4
Montfort-l’Amaury         4       4
Montjouvain   10   1 7 12 4   34
Montsurvent         4       4
Nice   6 1 1 1 1     10
Paris   59 73 105 116 46 47 84 530
Parme   4 4 6         14
Parville         15       15
Parville-la-Bingard         1       1
Pierrefonds   11             11
Pise   2             2
Pont-à-Couleuvre     1   4       5
Pont-Aven   2 1           3
Pontorson   2             2
Questambert   2             2
Quetteholme     1   7       8
Quimperlé   2 2           4
Rivebelle     26 10 14 1 1 7 59
Roussainville   20 2         4 26
Saint-André-des-Champs   7 1     1 4 4 17
Saint-Cloud   5 2   1 4 4 3 19
Saint-Frichoux         4       4
Saint-Mars-le-Vêtu     1   1 1     3
Tanger       1         1
Tansonville   12 4 3     7 26 52
Thiberzy   4             4
Trieste         10       10
Venise   14 14 13 5 30 42 18 136
Versailles   3 1 4 3 16 1 2 30
Vieuxvicq   4             4
Vitré   2             2

 

Amiens

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
      1     5 6

Charlus se défend de faire un parallèle entre l’église de Combray et la cathédrale d’Amiens, toute deux détruites pendant la guerre : Combray n’était qu’une toute petite ville comme il y en a tant. Mais nos ancêtres étaient représentés en donateurs dans certains vitraux, dans d’autres étaient inscrites nos armoiries. Nous y avions notre chapelle, nos tombeaux. Cette église a été détruite par les Français et par les Anglais parce qu’elle servait d’observatoire aux Allemands. Tout ce mélange d’histoire survivante et d’art qui était la France se détruit, et ce n’est pas fini. Et bien entendu je n’ai pas le ridicule de comparer, pour des raisons de famille, la destruction de l’église de Combray à celle de la cathédrale de Reims qui était comme le miracle d’une cathédrale gothique retrouvant naturellement la pureté de la statuaire antique, ou de celle d’Amiens. (TR)

******

Amsterdam

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
    1 1 2 2   6

Le Narrateur ressent de la jalousie lorsque Albertine lui rappelle des moments heureux passés dans cette ville avec des amies : Elle me parlait aussi de ses promenades qu’elle avait faites, avec des amies, dans la campagne hollandaise, de ses retours, le soir, à Amsterdam, à des heures tardives, quand une foule compacte et joyeuse de gens qu’elles connaissait presque tous emplissait les rues, les bords des canaux. (Pris)

******

Angerville

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
      1       1

Une des stations sur la ligne du petit train allant de Balbec à Grattevast

******

Arembouville ou Arambouville ou Harambouville

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
  1   7       8

Une des stations sur la ligne du petit train allant de Balbec à Grattevast.

Un jour que le docteur Cottard est à dans le petit train, à la station d’Arembouville, en compagnie d’autres invités qui se rendent à la Raspelière chez Mme Verdurin, il exige du chef de train qu’un fermier en descende, jugeant qu’il n’est pas digne qu’un tel homme voyage dans le même compartiment que la princesse Sherbatoff : A Arembouville, comme le tram était bondé, un fermier en blouse bleue, qui n’avait qu’un billet de troisième, monta dans notre compartiment. Le docteur, trouvant qu’on ne pourrait pas laisser voyager la princesse avec lui, appela un employé, exhiba sa carte de médecin d’une grande compagnie de chemin de fer et força le chef de gare à faire descendre le fermier. (SG)

******

Bade

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
3             3

Il semble que dans sa jeunesse, Odette, la maîtresse de Swann ait passé quelques années à Bade (Land de Bade-Wurtemberg en Allemagne) :  Il [Swann] crut même comprendre, une fois, que cette légèreté des mœurs d’Odette qu’il n’eût pas soupçonnée, était assez connue, et qu’à Bade et à Nice, quand elle y passait jadis plusieurs mois, elle avait eu une sorte de notoriété galante. (Swann)

******

Balbec ou Balbec-Plage

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
33 155 107 165 143 110 48 761

Ville imaginaire (inspirée de Cabourg en Normandie et également de Trouville ainsi que de la station balnéaire de Beg Meil dans le Finistère) qui tient une place importante dans La Recherche. A noter que Marcel Proust a lui-même souvent séjourné à Cabourg dans le Calvados), sur l’actuelle Côte Fleurie.

Balbec est devenu un lieu privilégié pour les aristocrates et les bourgeois aisés des environs mais aussi de Paris car un train facilite l’accès à la station et le Grand Hôtel récemment construit offre des conditions d’hébergement et de restauration luxueuses.

Adolescent, le Narrateur y effectuera deux long séjours, le premier, en 1897, avec sa grand-mère et Françoise, pour y subir un traitement de bains le deuxième en 1900, avec sa mère.

C’est à Balbec qu’il rencontrera Albertine, une fille aux yeux brillants, rieurs, aux grosses joues mates, sous un « polo » noir, enfoncé sur sa tête, qui poussait une bicyclette avec un dandinement de hanches si dégingandé, un air et employant des termes d’argot si voyous et criés si fort, quand je passai auprès d’elle… (JF) Il y fait également la connaissance du neveu de la marquise de Villeparisis, Robert de Saint-Loup, qui, après une premier contact assez froid, deviendra un de ses meilleurs amis : Cette insolence que je devinais chez M. de Saint-Loup, et tout ce qu’elle impliquait de dureté naturelle se trouva vérifiée par son attitude chaque fois qu’il passait à côté de nous, le corps aussi inflexiblement élancé, la tête toujours aussi haute, le regard impassible, ce n’est pas assez dire aussi implacable, dépouillé de ce vague respect qu’on a pour les droits d’autres créatures, même si elles ne connaissent pas votre tante et qui faisait que je n’étais pas tout à fait le même devant une vieille dame que devant un bec de gaz. (JF)

La station se distingue de l’ancien village appelé Balbec-en-Terre ou Balbec-le-Vieux, où se situe l’Église de Balbec aux motifs orientaux.

 ******

Balbec-en-Terre ou Balbec-le-Vieux

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
      2       2

Plus à l’intérieur des terre, à cinq lieues de la station balnéaire, dans le vieux village de Balbec, que se trouve que Balbec, c’est là que se situe l’Église romane d’allure gothique, aux motifs orientaux. Les caractéristiques de cette église rappellent à l’auteur une église située dans la ville de Balbeek au Liban ce qui explique le choix du nom occidentalisé de Balbec

******

Bayeux

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
2     4       6

Une des gares sur la ligne allant de Paris vers la Normandie.

La Marquise de Cambremer, née Legrandin, défend le côté illustre de la famille Cambremer : Tout un vitrail de la cathédrale de Bayeux est rempli par ses armes, et la principale église d’Avranches contient leurs monuments funéraires. (SG)

******

Beaumont

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
2     4       6

Village des environ de Balbec où Madame de Villeparisis aime aller se promener en calèche avec le Narrateur et sa grand-mère. La première année de mon séjour à Balbec, il y avait une hauteur où Mme de Villeparisis aimait à nous conduire, parce que de là on ne voyait que l’eau et les bois, et qui s’appelait Beaumont. (SG)

******

Benodet

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
2             2

Une des gares sur la ligne allant de Paris vers la Normandie et dont le simple nom inspire l’âme poétique du Narrateur : Benodet, nom à peine amarré que semble vouloir entraîner la rivière au milieu de ses algues,… (Swann)

******

Bricquebec

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
      2       2

Village normand. Station du chemin de fer de Balbec.

******

Brunswick

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
        2     2

Ville allemande où Swann qui réalise (sans assiduité) une étude sur le peintre Ver Meer pense qu’il serait utile d’aller pour glaner quelques informations utiles.

******

Caen

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
  4   2       6

Un premier président du tribunal de Caen vient en villégiature au Grand Hôtel de Balbec

Le Narrateur s’est subitement entiché pour Gisèle, une des jeunes filles en fleurs, et envisage de partir à Caen avec elle pour une excursion. Gisèle ne serait pas étonnée de m’y voir ; une fois que nous aurions changé à Doncières, dans le train de Paris, il y avait un wagon couloir où tandis que miss sommeillerait je pourrais emmener Gisèle dans des coins obscurs, prendre rendez-vous avec elle pour ma rentrée à Paris que je tâcherais de rapprocher le plus possible. Selon la volonté qu’elle m’exprimerait, je l’accompagnerais jusqu’à Caen ou jusqu’à Evreux, et reprendrais le train suivant. (JF)

******

Carquethuit

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
  8       2   10

Petit port normand qui a inspiré de nombreux peintres dont Elstir qui est la figure du peintre idéal pour le Narrateur. C’était cette comparaison, tacitement et inlassablement répétée dans une même toile qui y introduisait cette multiforme et puissante unité, cause, parfois non clairement aperçue par eux, de l’enthousiasme qu’excitait chez certains amateurs la peinture d’Elstir. (JF)

******

Carqueville

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
  2           2

Mme de Villeparisis aime aller visiter ce village en compagnie du Narrateur et de sa grand-mère. Village où était cette église couverte de lierre dont elle avait parlé et qui, bâtie sur un tertre, domine le village. (JF)

******

Champieu

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
1             1

Village dans les environs de Combray. A gauche était un village qui s’appelait Champieu (Campus Pagani, selon le curé). (Swann)

******

Chartres

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
5 3 4 1 1   1 15

Marcel Proust a toujours aimé les cathédrales et cite fréquemment celle de Chartres. N’avait-il pas coutume d’appeler son grand-œuvre une cathédrale ?

******

Châtellerault

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
          2   2

Albertine a quitté brutalement l’appartement du Narrateur et celui-ci pense qu’elle a dû se réfugier chez sa tante. Il envoie son ami Saint-Loup pour enquêter : Saint-Loup que je savais à Paris avait été mandé par moi à l’instant même ; il accourut rapide et efficace comme il était jadis à Doncières et consentit à partir aussitôt pour la Touraine. Je lui soumis la combinaison suivante. Il devait descendre à Châtellerault, se faire indiquer la maison de Mme Bontemps, attendre qu’Albertine fût sortie, car elle aurait pu le reconnaître. (Fug)

******

Chatou

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
10             10

Village des bords de Seine fréquenté par les impressionnistes. Swann rongé par la jalousie se désole de ne pas être invité à une fête organisée par les Verdurin à Chatou alors qu’Odette en sera : Un mois après le jour où il avait lu la lettre adressée par Odette à Forcheville, Swann alla à un dîner que les Verdurin donnaient au Bois. Au moment où on se préparait à partir, il remarqua des conciliabules entre Mme Verdurin et plusieurs des invités et crut comprendre qu’on rappelait au pianiste de venir le lendemain à une partie à Chatou ; or, lui, Swann, n’y était pas invité. (Swann)

******

Cherbourg

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
  1   5 1     7

Albertine informe le Narrateur qu’elle a l’intention de rejoindre à Cherbourg une bonne amie de Mlle Vinteuil, homosexuelle qu’il connaît bien. Suspicieux et jaloux, il parvient à la dissuader d’entreprendre ce voyage : Vous vous rappelez que je vous ai parlé d’une amie plus âgée que moi, qui m’a servi de mère, de sœur, avec qui j’ai passé à Trieste mes meilleures années et que, d’ailleurs, je dois dans quelques semaines retrouver à Cherbourg, d’où nous voyagerons ensemble… (SG)

******

Combray

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
133 48 70 36 31 33 77 428

Gros bourg situé entre la Beauce et le Perche dont la famille du Narrateur est originaire. C’est là que se trouve la maison de tante Léonie chez qui le Narrateur et ses parents vont passer les vacances de Pâques et celles d’été. La première partie de du côté de chez Swann s’appelle Combray et occupe environ un tiers du livre.

Combray représente, avec Paris et Balbec, un des sites clés de la Recherche.

Le Narrateur garde de ses séjours à Combray un grand nombre de souvenirs qui resteront toujours gravés dans sa mémoire : La recherche du sommeil : Longtemps, je me suis couché de bonne heure. Parfois, à peine ma bougie éteinte, mes yeux se fermaient si vite que je n’avais pas le temps de me dire : « Je m’endors. » Et, une demi-heure après, la pensée qu’il était temps de chercher le sommeil m’éveillait ; le baiser du soir de sa mère : Ma seule consolation, quand je montais me coucher, était que maman viendrait m’embrasser quand je serais dans mon lit. Mais ce bonsoir durait si peu de temps, elle redescendait si vite, que le moment où je l’entendais monter, puis où passait dans le couloir à double porte le bruit léger de sa robe de jardin en mousseline bleue, à laquelle pendaient de petits cordons de paille tressée, était pour moi un moment douloureux. Il annonçait celui qui allait le suivre, où elle m’aurait quitté, où elle serait redescendue.

Et bien d’autres souvenirs encore.

******

Compiègne

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
5 1       1 1 8

Odette y est parfois invitée par les Verdurin au grand dam de Swann maladivement jaloux. Il rêve de les y rejoindre. Il avait eu un moment l’idée, pour pouvoir aller à Compiègne et à Pierrefonds sans avoir l’air que ce fût pour rencontrer Odette, de s’y faire emmener par un de ses amis, le marquis de Forestelle, qui avait un château dans le voisinage. (Swann)

******

Costedor

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
  1           1

Une station balnéaire normande mieux abritée que Balbec où certains habitués du Grand-Hôtel vont à l’approche de l’automne : ces habitués du Grand-Hôtel dont les vacances commençaient tard ou duraient longtemps, faisaient, quand arrivaient les pluies et les brumes, à l’approche de l’automne, charger leurs malles sur une barque, et traversaient rejoindre l’été à Rivebelle ou à Costedor. (JF)

******

Coutances

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
  2           2

Le Narrateur enfant malade rêve d’aller visiter sa cathédrale normande que sa diphtongue finale, grasse et jaunissante couronne par une tour de beurre. (JF)

******

Criquebec

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
  1           1

Petite ville normande ; « les églises de Criquebec qui, au loin, entourées d’eau de tous côtés parce qu’on les voyait sans la ville, dans un poudroiement de soleil et de vagues » Ses clochers figurent sur le tableau d’Elstir, le Port de Carquehuit. (JF)

******

Delft

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
2 1 2 1 1     7

Petite ville normande ; « les églises de Criquebec qui, au loin, entourées d’eau de tous côtés parce qu’on les voyait sans la ville, dans un poudroiement de soleil et de vagues » (JF)

Ses clochers figurent sur le tableau d’Elstir, le Port de Carquehuit.

******

Dives

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
        1      

Petit port normand qui possède un restaurant à l’apparence simple, le « Guillaume le Conquérant » mais qui propose une cuisine de qualité : C’est de la même façon que tout le monde a connu à Dives un restaurateur normand, propriétaire de « Guillaume le Conquérant « , qui s’était bien gardé – chose très rare – de donner à son hôtellerie le luxe moderne d’un hôtel et qui, lui-même millionnaire, gardait le parler, la blouse d’un paysan normand et vous laissait venir le voir faire lui-même, dans la cuisine, comme à la campagne, un dîner qui n’en était pas moins infiniment meilleur et encore plus cher que dans les plus grands palaces. (Pris)

******

Doncières

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
1 15 28 40 5 8 14 111

Ville de garnison où Robert de Saint-Loup, l’ami du Narrateur, fait ses études d’élève officier. Le Narrateur, invité par son ami finit par accepter l’invitation et est accueillis très amicalement :   Tous les amis de Robert me dirent qu’aussi longtemps que je resterais à Doncières, ou à quelque époque que j’y revinsse, s’il n’était pas là, leurs voitures, leurs chevaux, leurs maisons, leurs heures de liberté seraient à moi et je sentais que c’était de grand cœur que ces jeunes gens mettaient leur luxe, leur jeunesse, leur vigueur au service de ma faiblesse. (Guer).

C’est alors qu’il est à Doncières que le Narrateur comprend, au cours d’une communication téléphonique (un téléphonage), que sa grand-mère n’est pas en bonne santé : Ma grand’mère, en me disant de rester, me donna un besoin anxieux et fou de revenir. Cette liberté qu’elle me laissait désormais, et à laquelle je n’avais jamais entrevu qu’elle pût consentir, me parut tout d’un coup aussi triste que pourrait être ma liberté après sa mort (quand je l’aimerais encore et qu’elle aurait à jamais renoncé à moi). Je criais : « Grand’mère, grand’mère », et j’aurais voulu l’embrasser ; mais je n’avais près de moi que cette voix, fantôme aussi impalpable que celui qui reviendrait peut-être, me visiter quand ma grand’mère serait morte. (Guer)

******

Douville

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
      19       19

Une des stations de la ligne de chemin de fer qui dessert La Raspelière : Bientôt même, l’été finissant, quand on descendait du train à Douville, le soleil, amorti par la brume, n’était déjà plus, dans le ciel uniformément mauve, qu’un bloc rouge. A la grande paix qui descend, le soir, sur ces prés drus et salins et qui avait conseillé à beaucoup de Parisiens, peintres pour la plupart, d’aller villégiaturer à Douville, s’ajoutait une humidité qui les faisait rentrer de bonne heure dans les petits chalets. (SG)

******

Doville

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
  1   12 3   1 15

Une des stations de la ligne de chemin de fer qui dessert Balbec : Enfin le train s’arrêta à la station de Doville-Féterne, laquelle étant située à peu près à égale distance du village de Féterne et de celui de Doville, portait, à cause de cette particularité, leurs deux noms. « Saperlipopette, s’écria le docteur Cottard, quand nous fûmes devant la barrière où on prenait les billets et feignant seulement de s’en apercevoir, je ne peux pas retrouver mon ticket, j’ai dû le perdre. » Mais l’employé, ôtant sa casquette, assura que cela ne faisait rien et sourit respectueusement. (SG)

******

Dresde

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
1 1   1 1     4

Ville allemande où Swann qui réalise (sans assiduité) une étude sur le peintre Ver Meer et pense qu’il serait utile d’aller pour glaner quelques informations utiles : Maintenant qu’il s’était remis à son étude sur Ver Meer il aurait eu besoin de retourner au moins quelques jours à la Haye, à Dresde, à Brunswick. Il était persuadé qu’une « Toilette de Diane » qui avait été achetée par le Mauritshuis à la vente Goldschmidt comme un Nicolas Maes était en réalité de Ver Meer. (Swann)

******

Dreux

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
2             2

Odette y est parfois invitée à aller visiter la ville et ses environs par les Verdurin. Swann, pas invité, n’apprécie pas ces excursions : Mais quand elle était partie pour Dreux ou pour Pierrefonds, —hélas, sans lui permettre d’y aller, comme par hasard, de son côté, car « cela ferait un effet déplorable », disait-elle, —il se plongeait dans le plus enivrant des romans d’amour, l’indicateur des chemins de fer, qui lui apprenait les moyens de la rejoindre, l’après-midi, le soir, ce matin même. (Swann)

******

Egleville

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
      1       1

Station du petit train où montait généralement la princesse Sherbatoff pour se rendre à la Raspelière chez les Verdurin : Maintenant ce n’était plus que la station où montait Morel : Egleville (Aquilœvilla), celle où nous attendait généralement la princesse Sherbatoff (SG)

******

Englesqueville

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
      1       1

Petit village situé sur le parcours du train qu’empruntaient les invités qui se rendaient à la Raspelière. Nous traversâmes, perché sur la hauteur, le petit village d’Englesqueville (Engleberti Villa), nous dit Brichot. (SG)

******

Epreville

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
      10       10

Une des stations du petit chemin de fer de Balbec. Mme Bontemps y possède une maison où Albertine séjourne parfois : Malgré la pluie récente et le ciel changeant à toute minute, après avoir accompagné Albertine jusqu’à Epreville, car Albertine faisait, selon son expression, la « navette » entre cette petite plage, où était la villa de Mme Bontemps, et Incarville où elle avait été « prise en pension » par les parents de Rosemonde, je partis me promener seul vers cette grande route que prenait la voiture de Mme de Villeparisis quand nous allions nous promener avec ma grand’mère ; (SG)

******

Fervaches

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
      2       2

Une des stations du petit chemin de fer de Balbec dont le nom veut dire « eaux chaudes ».

******

Féterne

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
  3 3 45       49

Enfin le train s’arrêta à la station de Doville-Féterne, laquelle étant située à peu près à égale distance du village de Féterne et de celui de Doville, portait, à cause de cette particularité, leurs deux noms.

Petite localité proche de Balbec où les Cambremer, qui font partie de la petite aristocratie de province, invitent certains clients du Grand Hôtel, causant ainsi des mécontentements et des jalousies. Si c’était dimanche, sa voiture n’était pas seule devant l’hôtel ; plusieurs fiacres loués attendaient non seulement les personnes qui étaient invitées au château de Féterne chez Mme de Cambremer, mais celles qui plutôt que de rester là comme des enfants punis déclaraient que le dimanche était un jour assommant à Balbec et partaient dès après déjeuner se cacher dans une plage voisine ou visiter quelque site,… (JF)

******

Florence

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
13 1 6         20

Très jeune déjà, le Narrateur rêve d’aller visiter Florence. …même par un jour de tempête le nom de Florence ou de Venise me donnait le désir du soleil, des lys, du palais des Doges et de Sainte-Marie-des-Fleurs… et plus loin : Et quand je pensais à Florence, c’était comme à une ville miraculeusement embaumée et semblable à une corolle… (Swann)

Enfin, la décision est prise, la famille du Narrateur va entreprendre le qui doit être annulé au dernier moment en raison de la mauvaise santé du Narrateur. Il ne se rendra jamais dans cette ville.

******

Gourville

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
      5 1     6

Localité des environs de Balbec. Des amis de Saint-Loup y possèdent un château : Je pensais que, comme ils nous avaient invités à dîner, Albertine et moi, avec des amis de Saint–Loup, gens élégants de la région, propriétaires du château de Gourville et qui représentaient un peu plus que le gratin normand, dont Mme Verdurin, sans avoir l’air d’y toucher, était friande, je conseillai aux Cambremer d’inviter avec eux la Patronne. (SG)

******

 Graincourt-Saint-Vast

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
      5 1     6

Une des stations du petit train. Le surlendemain, le fameux mercredi, dans ce même petit chemin de fer que je venais de prendre à Balbec, pour aller dîner à la Raspelière, je tenais beaucoup à ne pas manquer Cottard à Graincourt–Saint-Vast où un nouveau téléphonage de Mme Verdurin m’avait dit que je le retrouverais. (SG)

******

Grattevast

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
      4       4

Sur la ligne du petit chemin de fer dans la direction opposée à Féterne.

******

Hudimesnil

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
  1           1

Au cours d’une promenade avec Madame de Villeparisis dans les environs de Balbec, le paysage éveille l’imagination du Narrateur : Nous descendîmes sur Hudimesnil ; tout d’un coup je fus rempli de ce bonheur profond que je n’avais pas souvent ressenti depuis Combray, un bonheur analogue à celui que m’avaient donné, entre autres, les clochers de Martinville. Mais cette fois il resta incomplet. Je venais d’apercevoir, en retrait de la route en dos d’âne que nous suivions, trois arbres qui devaient servir d’entrée à une allée couverte et formaient un dessin que je ne voyais pas pour la première fois, je ne pouvais arriver à reconnaître le lieu dont ils étaient comme détachés mais je sentais qu’il m’avait été familier autrefois ; (JF)

******

Incarville

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
  2   21 1 6   30

Petite ville des environs de Balbec. Albertine est parfois amenée à séjourner dans une maison appartenant aux parents de Rosemonde. Un jour que le docteur Cottard est avec le narrateur au casino d’Incarville, il attire son attention sur l’attitude équivoque d’Albertine dansant avec son amie Andrée. « Oui, mais les parents sont bien imprudents qui laissent leurs filles prendre de pareilles habitudes. Je ne permettrais certainement pas aux miennes de venir ici. Sont-elles jolies au moins ? Je ne distingue pas leurs traits. Tenez, regardez, ajouta-t-il en me montrant Albertine et Andrée qui valsaient lentement, serrées l’une contre l’autre, j’ai oublié mon lorgnon et je ne vois pas bien, mais elles sont certainement au comble de la jouissance. On ne sait pas assez que c’est surtout par les seins que les femmes l’éprouvent. Et, voyez, les leurs se touchent complètement. »  (SG)

A partir de jour le Narrateur ne cessera se soupçonner Albertine d’aimer les femmes et éprouvera une jalousie qui ne le quittera jamais. 

******

Infreville

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
      8       8

Une fois de plus le Narrateur constate qu’Albertine est une habituée du mensonge. « C’est comme si je vous parlais de l’amie de votre tante qui habitait Infreville », elle répondit avec colère, heureuse comme toute personne qui discute et qui veut avoir pour soi le plus d’arguments possible, de me montrer que j’étais dans le faux et elle dans le vrai : « Mais jamais ma tante n’a connu personne à Infreville, et moi-même je n’y suis jamais allée.  » Elle avait oublié le mensonge qu’elle m’avait fait un soir sur la dame susceptible chez qui c’était de toute nécessité d’aller prendre le thé, dût-elle en allant voir cette dame perdre mon amitié et se donner la mort. (SG)

******

Jouy-le-Vicomte

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
5           2 7

La grand-mère du Narrateur a acheté les livres qu’elle entend lui offrir mais le père de celui-ci conteste vivement son choix : Ma grand’mère, ai-je su depuis, avait d’abord choisi les poésies de Musset, un volume de Rousseau et Indiana ; car si elle jugeait les lectures futiles aussi malsaines que les bonbons et les pâtisseries, elles ne pensait pas que les grands souffles du génie eussent sur l’esprit même d’un enfant une influence plus dangereuse et moins vivifiante que sur son corps le grand air et le vent du large. Mais mon père l’ayant presque traitée de folle en apprenant les livres qu’elle voulait me donner, elle était retournée elle-même à Jouy-le-Vicomte chez le libraire pour que je ne risquasse pas de ne pas avoir mon cadeau… (Swann)

******

La Commanderie

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
      6       6

Le père de Bloch l’ami du Narrateur, a loué le château de la Commanderie pour jouer au grand seigneur ce qui ne manque pas d’attiser les moquerie de l’aristocratie dont celle de Charlus.  « Votre ami habite la Commanderie, le malheureux ! Quel sadisme ! Vous m’indiquerez le chemin, ajouta-t-il en reprenant l’air d’indifférence, pour que j’aille un jour voir comment nos antiques domaines supportent une pareille profanation. » (SG)

******

La Fère 

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
            1 1

En 1916, à la suite à la défaite des troupes françaises à la Fère, proche de de Tansonville, Gilberte est obligée de loger chez elle l’état-major allemand.

******

La Haye

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
1   2   1   1 5

Ville où Swann qui réalise (sans assiduité) une étude sur le peintre Ver Meer pense qu’il serait utile d’aller pour glaner quelques informations utiles.

******

La Raspelière

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
  1   79 16   4 100

Somptueuse villa (appelée souvent château) appartenant aux Cambremer et louée aux Verdurin. Elle est située sur une colline aux environs de Balbec et domine la mer (Proust s’est inspiré de la villa les Frémont au dessus de Trouville).

En revanche, et je le lui dis, j’avais toujours entendu célébrer le coup d’œil unique de la Raspelière, située au faîte de la colline et où, dans un grand salon à deux cheminées, toute une rangée de fenêtres regarde, au bout des jardins, entre les feuillages, la mer jusqu’au-delà de Balbec, et l’autre rangée, la vallée. (SG)

Madame Verdurin reçoit avec faste les membre du « petit clan » tous les mercredis : Ma dépêche expliquait le téléphonage des Verdurin et elle tombait d’autant mieux que le mercredi (le surlendemain se trouvait être un mercredi) était jour de grand dîner pour Mme Verdurin, à la Raspelière comme à Paris, ce que j’ignorais. Mme Verdurin ne donnait pas de « dîners », mais elle avait des « mercredis ». (SG)

******

La Sogne

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
  1   5       6

Village situé sur la voie de chemin de fer. On y trouve un champ de course : Vous n’étiez pas aux courses de la Sogne ? Nous y sommes allés par le tram et je comprends que ça ne vous amuse pas de prendre un tacot pareil ! nous avons mis deux heures ! J’aurais fait trois fois l’aller et retour avec ma bécane. (JF)

******

Lamballe

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
2              

Une des stations du chemin de fer : …le doux Lamballe qui, dans son blanc, va du jaune coquille d’œuf au gris perle. (Swann)

******

Lannion

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
2              

Une des station du chemin de fer : Lannion avec le bruit, dans son silence villageois, du coche suivi de la mouche. (Swann)

******

Loigny

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
        2     2

Petite ville proche du vieux Balbec.

******

Maineville

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
  3   21       24

Village situé sur la ligne du petit train qui a la particularité de posséder le seul bordel pour gens distingués de la côte.

Maineville avait acquis depuis quelque temps une importance considérable et une réputation particulière, parce qu’un directeur de nombreux casinos, marchand de bien-être, avait fait construire non loin de là, avec un luxe de mauvais goût capable de rivaliser avec celui d’un palace, un établissement, sur lequel nous reviendrons, et qui était, à franc parler, la première maison publique pour gens chics qu’on eût eu l’idée de construire sur les côtes de France. (SG)

C’est dans ce village que le prince de Guermantes qui, venu passer quelques jours sur cette côte pour rendre visite à la duchesse de Luxembourg, rencontra le musicien [Morel le musicien protégé de Mme Verdurin], sans savoir qui il était, sans être davantage connu de lui, et lui offrit cinquante francs pour passer la nuit ensemble dans la maison de femmes de Maineville ; (SG)

 ******

Marcouville-l’Orgueilleuse

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
  3   3   2   8

Station du chemin de fer et but de promenade pour le Narrateur et Albertine. Nous passions devant Marcouville l’Orgueilleuse. Sur son église, moitié neuve, moitié restaurée, le soleil déclinant étendait sa patine aussi belle que celle des siècles. (SG)

******

Martinville

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
12 2 2   4 1   23

Le Narrateur et ses parents aime faire des promenades autour de Combray. Un jour qu’il ont poussé très loin leur périple, ils sont content de rencontrer le docteur Percepied qui leur propose de les ramener dans sa calèche. Le Narrateur assis près du cocher prend plaisir à découvrir au sortir d’un tournant les deux clochers de Martinville. Ebloui par la beauté du paysage, il demande au docteur un papier et un crayon et griffonne malgré les cahots un court texte qui décrit l’émotion qu’il ressent. Satisfait, il se met à chanter à tue-tête.

Toute sa vie le Narrateur se souviendra de cet instant et de l’intensité du bonheur qu’il a ressenti alors : Au tournant d’un chemin j’éprouvai tout à coup ce plaisir spécial qui ne ressemblait à aucun autre, à apercevoir les deux clochers de Martinville, sur lesquels donnait le soleil couchant et que le mouvement de notre voiture et les lacets du chemin avaient l’air de faire changer de place, puis celui de Vieuxvicq qui, séparé d’eux par une colline et une vallée, et situé sur un plateau plus élevé dans le lointain, semblait pourtant tout voisin d’eux. (Swann)

******

Méséglise-la-Vineuse

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
12 2 2   4 1   23

La promenade du côté de Méséglise est une des plus courte que l’on réservait généralement pour les temps incertains : …car il y avait autour de Combray deux « côtés » pour les promenades, et si opposés qu’on ne sortait pas en effet de chez nous par la même porte, quand on voulait aller d’un côté ou de l’autre : le côté de Méséglise-la-Vineuse, qu’on appelait aussi le côté de chez Swann parce qu’on passait devant la propriété de M. Swann pour aller par-là, et le côté de Guermantes. (Swann)

C’est du côté de Méséglise, à Montjouvain, maison située au bord d’une grande mare et adossée à un talus buissonneux que demeurait M. Vinteuil. Swann)

******

Mirougrain

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
1         3   4

Les Guermantes ont toujours fait partie du gotha de l’aristocratie et pourtant on apprend qu’il y eut dans le passé certaine mésalliance de la famille : Ils avaient été alliés autrefois avec les vrais comtes de Méséglise desquels il ne restait plus qu’une femme, fille de gens obscurs et dégradés, mariée elle-même à un gros fermier enrichi de ma tante, nommé Ménager, qui lui avait acheté Mirougrain et se faisait appeler maintenant Ménager de Mirougrain, de sorte que quand on disait que sa femme était née de Méséglise on pensait qu’elle devait être plutôt née à Méséglise et qu’elle était de Méséglise comme son mari de Mirougrain. (Fug)

******

Montfort l’Amaury

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
      4       4

Commune de l’ouest parisien. La duchesse de Guermantes invente un prétexte pour ne pas se rendre à une invitation de Mme de Saint-Euverte : Je vous dirai (ce que je ne devrais pas avouer) que je suis arrivée à mon âge sans connaître les vitraux de Montfort-l’Amaury. C’est honteux, mais c’est ainsi. Alors pour réparer cette coupable ignorance, je me suis promis d’aller demain les voir. » M. de Bréauté sourit finement. Il comprit en effet que, si la duchesse avait pu rester jusqu’à son âge sans connaître les vitraux de Montfort-l’Amaury, cette visite artistique ne prenait pas subitement le caractère urgent d’une intervention « à chaud » et eût pu sans péril, après avoir été différée pendant plus de vingt-cinq ans, être reculée de vingt-quatre heures. (SG)

******

Montjouvain

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
10   1 7 12 4   34

Maison de Vinteuil qui y vit avec sa fille. C’est du côté de Méséglise, à Montjouvain, maison située au bord d’une grande mare et adossée à un talus buissonneux que demeurait M. Vinteuil. Aussi croisait-on souvent sur la route sa fille, conduisant un buggy à toute allure. A partir d’une certaine année on ne la rencontra plus seule, mais avec une amie plus âgée, qui avait mauvaise réputation dans le pays et qui un jour s’installa définitivement à Montjouvain. (Swann)

C’est au cours d’une promenade, alors qu’il se repose tout près de cette maison, que le Narrateur assiste involontairement à des ébats amoureux de Mlle Vinteuil avec son amie. Dans l’échancrure de son corsage de crêpe Mlle Vinteuil sentit que son amie piquait un baiser, elle poussa un petit cri, s’échappa, et elles se poursuivirent en sautant, faisant voleter leurs larges manches comme des ailes et gloussant et piaillant comme des oiseaux amoureux. Puis Mlle Vinteuil finit par tomber sur le canapé, recouverte par le corps de son amie. (Swann)

Plus tard, Albertine reconnaîtra être allée à Montjouvain ce qui désespérera, une fois encore, le Narrateur jaloux.

******

Montsurvent

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
      4       4

Hameau situé sur la route menant de Balbec à la Raspelière : Arrivée au bas de la route de la Corniche, l’auto monta d’un seul trait, avec un bruit continu comme un couteau qu’on repasse, tandis que la mer, abaissée, s’élargissait au-dessous de nous. Les maisons anciennes et rustiques de Montsurvent accoururent en tenant serrés contre elles leur vigne ou leur rosier ; les sapins de la Raspelière, plus agités que quand s’élevait le vent du soir, coururent dans tous les sens pour nous éviter, et un domestique nouveau que je n’avais encore jamais vu vint nous ouvrir au perron, pendant que le fils du jardinier, trahissant des dispositions précoces, dévorait des yeux la place du moteur. (SG)

******

Nice

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
6 1 1 1 1     10

Swann souffre de l’attitude frivole et superficielle de sa maîtresse qu’il explique parfois par la vie qu’elle a connu à Nice lorsqu’elle était enfant puis très jeune femme.

Pauvre Odette ! il ne lui en voulait pas. Elle n’était qu’à demi coupable. Ne disait-on pas que c’était par sa propre mère qu’elle avait été livrée, presque enfant, à Nice, à un riche Anglais. (Swann)

******

Paris

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
59 73 105 116 46 47 84 530

Paris constitue le cadre essentiel de la Recherche puisque la plus grande partie du roman se passe dans la capitale.

******

Parme

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
4 4 6         14

Le simple nom de cette ville excite l’imagination du Narrateur enfant : Le nom de Parme, une des villes où je désirais le plus aller, depuis que j’avais lu la Chartreuse, m’apparaissant compact, lisse, mauve et doux; si on me parlait d’une maison quelconque de Parme dans laquelle je serais reçu, on me causait le plaisir de penser que j’habiterais une demeure lisse, compacte, mauve et douce, qui n’avait de rapport avec les demeures d’aucune ville d’Italie puisque je l’imaginais seulement à l’aide de cette syllabe lourde du nom de Parme, où ne circule aucun air, et de tout ce que je lui avais fait absorber de douceur stendhalienne et du reflet des violettes. (Swann)

******

Parville ou Parville-le-Bingard

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
      15       15

Une des stations du petit train côtier. Albertine y habite lors de son second séjour en Normandie où le Narrateur a coutume de l’y retrouver très souvent.

Je finissais par ramener Albertine à Parville. Arrivé devant chez elle, il fallait interrompre nos baisers de peur qu’on ne nous vît ; n’ayant pas envie de se coucher, elle revenait avec moi jusqu’à Balbec, d’où je la ramenais une dernière fois à Parville

C’est en arrivant en gare de Parville qu’Albertine dit au Narrateur qu’elle a bien connu la fille de Monsieur Vinteuil homosexuelle. Cette annonce lui cause un choc terrible car c’est presque un aveu qu’Albertine l’est aussi. Vous vous rappelez que je vous ai parlé d’une amie plus âgée que moi, qui m’a servi de mère, de sœur, avec qui j’ai passé à Trieste mes meilleures années et que, d’ailleurs, je dois dans quelques semaines retrouver à Cherbourg, d’où nous voyagerons ensemble (c’est un peu baroque, mais vous savez comme j’aime la mer), hé, bien ! cette amie (oh ! pas du tout le genre de femmes que vous pourriez croire !), regardez comme c’est extraordinaire, est justement la meilleure amie de la fille de ce Vinteuil, et je connais presque autant la fille de Vinteuil. Je ne les appelle jamais que mes deux grandes sœurs. (SG)

******

Pierrefonds

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
11             11

Odette accompagne fréquemment Mme Verdurin et certains membres de son petit clan dans des excursions de quelques jours auxquelles Swann, désormais persona non grata, n’est plus invité. Il supporte mal cette exclusion et envisage un moyen pour surprendre Odette :  Il avait eu un moment l’idée, pour pouvoir aller à Compiègne et à Pierrefonds sans avoir l’air que ce fût pour rencontrer Odette, de s’y faire emmener par un de ses amis, le marquis de Forestelle, qui avait un château dans le voisinage.  (Swann)

******

Pise

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
2             2

Le Narrateur enfant rêve souvent à des voyages en Italie : Pendant ce mois—où je ressassai comme une mélodie, sans pouvoir m’en rassasier, ces images de Florence, de Venise et de Pise desquelles le désir qu’elles excitaient en moi gardait quelque chose d’aussi profondément individuel que si ç’avait été un amour, un amour pour une personne—je ne cessai pas de croire qu’elles correspondaient à une réalité indépendante de moi, et elles me firent connaître une aussi belle espérance que pouvait en nourrir un chrétien des premiers âges à la veille d’entrer dans le paradis. (Swann)

******

Pont-à-Couleuvre

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
  1   4       5

Station du chemin de fer en provenance de Paris, proche de Balbec. A son arrivée, le Narrateur peut constater qu’il a dû monter dans l’estime du directeur du Grand Hôtel de Balbec puisque celui-ci est venu le chercher à la gare de Pont-à-Couleuvre : Ma seconde arrivée à Balbec fut bien différente de la première. Le directeur était venu en personne m’attendre à Pont-à-Couleuvre, répétant combien il tenait à sa clientèle titrée, ce qui me fit craindre qu’il m’anoblît jusqu’à ce que j’eusse compris que, dans l’obscurité de sa mémoire grammaticale, titrée signifiait simplement attitrée. (SG)

******

Pont-Aven

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
2 1           3

Station du chemin de fer en provenance de Paris, proche de Balbec : Pont-Aven, envolée blanche et rose de l’aile d’une coiffe légère qui se reflète en tremblant dans une eau verdie de canal ; (Swann)

******

Questambert

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
2             2

Station du chemin de fer en provenance de Paris, proche de Balbec : Questambert, Pontorson, risibles et naïfs, plumes blanches et becs jaunes éparpillés sur la route de ces lieux fluviatiles et poétiques ; (Swann)

******

Quetteholme

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
  1   7       8

Le Narrateur y rejoint Albertine qui aime aller dessiner sa belle église à clocheton : Je descendais de voiture à Quetteholme, courais dans la raide cavée, passais le ruisseau sur une planche et trouvais Albertine qui peignait devant l’église toute en clochetons, épineuse et rouge, fleurissant comme un rosier. Le tympan seul était uni ; et à la surface riante de la pierre affleuraient des anges qui continuaient, devant notre couple du XXe siècle, à célébrer, cierges en mains, les cérémonies du XIIIe. C’était eux dont Albertine cherchait à faire le portrait sur sa toile préparée et, imitant Elstir, elle donnait de grands coups de pinceau, tâchant d’obéir au noble rythme qui faisait, lui avait dit le grand maître, ces anges-là si différents de tous ceux qu’il connaissait. Puis elle reprenait ses affaires. (SG)

******

Quimperlé

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
2 2           4

Station du chemin de fer en provenance de Paris : Quimperlé, lui, mieux attaché et, depuis le moyen âge, entre les ruisseaux dont il gazouille et s’emperle en une grisaille pareille à celle que dessinent, à travers les toiles d’araignées d’une verrière, les rayons de soleil changés en pointes émoussées d’argent bruni. (Swann)

******

Rivebelle

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
  26 10 14 1 1 7 59

Station balnéaire située en face de Balbec, de l’autre côté de la baie. Le Narrateur déjeune ou dîne fréquemment avec son ami Robert de Saint-Loup dans un restaurant réputé et n’est pas insensible à la présence de jolies femmes qui lui font oublier Albertine dont il semble déjà se détacher : Je ne connaissais aucune des femmes qui étaient à Rivebelle, et qui parce qu’elles faisaient partie de mon ivresse comme les reflets font partie du miroir, me paraissaient mille fois plus désirables que la de moins en moins existante Mlle Simonet. (JF)

C’est dans ce restaurant de Rivebelle que le Narrateur va faire la connaissance d’Elstir qui l’invite à lui rendre visite à son atelier de Balbec.

Ribevelle devient un lieu de promenade en automobile pour le Narrateur et Albertine. L’intérêt que celle-ci semble porter à un serveur du restaurant suscite chez le Narrateur de la jalousie : C’est ainsi qu’un jour de beau temps nous allâmes déjeuner à Rivebelle … Le garçon, à la figure rose, aux cheveux noirs tordus comme une flamme, s’élançait dans toute cette vaste étendue moins vite qu’autrefois, car il n’était plus commis mais chef de rang… Il fut un moment à côté de nous. Albertine répondit distraitement à ce que je lui disais. Elle le regardait avec des yeux agrandis. Pendant quelques minutes je sentis qu’on peut être près de la personne qu’on aime et cependant ne pas l’avoir avec soi. (SG)

******

Roussainville

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
20 2         4 26

A Combray, le samedi, on déjeune une heure avant pour permettre à Françoise d’aller au marché de Roussainville. C’est ainsi que tous les samedis, comme Françoise allait dans l’après-midi au marché de Roussainville-le-Pin, le déjeuner était, pour tout le monde, une heure plus tôt. (Swann)

Roussainville est un village dominé par une tour en ruine que l’on peut apercevoir depuis le petit cabine sentant l’Iris où le Narrateur aime se réfugier.

On apprend à la fin de l’œuvre que Gilberte venait jouer dans cette tour avec d’autres enfant et se livrait à des jeux interdits aux enfants. J’avais l’habitude, ajouta-t-elle d’un air vague et pudique, d’aller jouer avec de petits amis, dans les ruines du donjon de Roussainville. Et vous me direz que j’étais bien mal élevée, car il y avait là dedans des filles et des garçons de tout genre, qui profitaient de l’obscurité. L’enfant de chœur de l’église de Combray, Théodore qui, il faut l’avouer, était bien gentil (Dieu qu’il était bien !) et qui est devenu très laid (il est maintenant pharmacien à Méséglise), s’y amusait avec toutes les petites paysannes du voisinage. (TR)

******

Saint-André-des-Champs

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
7 1     1 4 4 17

Village proche de Combray qui se trouve au milieu des blés avec son église monumentale, rustique et dorée comme une meule…    Sur la droite, on apercevait par-delà les blés, les deux clochers ciselés et rustiques de Saint-André-des-Champs, eux-mêmes effilés, écailleux, imbriqués d’alvéoles, guillochés, jaunissants et grumeleux, comme deux épis. (Swann)

.*****

Saint-Cloud

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
5 2   1 4 4 3 19

Swann va souvent attendre de retrouver Odette en allant dîner dans l’un des restaurants chic de Saint-Cloud : Le soir, quand il ne restait pas chez lui à attendre l’heure de retrouver Odette chez les Verdurin ou plutôt dans un des restaurants d’été qu’ils affectionnaient au Bois et surtout à Saint-Cloud, il allait dîner dans quelqu’une de ces maisons élégantes dont il était jadis le convive habituel.

Alors que le Narrateur part avec sa grand-mère pour un séjour à Balbec, sa mère va s’installer à Saint-Cloud dans une maison qu’elle a louée : ma mère avait arrangé de s’installer ce jour-là même à Saint-Cloud, et elle avait pris, ou feint de prendre, toutes ses dispositions pour y aller directement après nous avoir conduits à la gare, sans avoir à repasser par la maison où elle craignait que je ne voulusse, au lieu de partir pour Balbec, rentrer avec elle. (JF)

******

Saint-Frichoux

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
      4       4

Station du chemin de fer proche de Doncières. Le Narrateur et Albertine empruntent fréquemment ce petit train : … quand le train eut quitté Saint-Frichoux, qui était la dernière station avant Doncières, je commençai à enlacer Albertine sans m’occuper de la dame. (SG)

******

Saint-Mars-le-Vêtu

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
  1   1 1     3

Mme de Villeparisis aime aller s’y promener dans sa calèche en compagnie du Narrateur et de sa grand-mère : Mme de Villeparisis faisait atteler de bonne heure, pour que nous eussions le temps d’aller soit jusqu’à Saint-Mars-le-Vêtu, soit jusqu’aux rochers de Quetteholme ou à quelque autre but d’excursion qui, pour une voiture assez lente, était fort lointain et demandait toute la journée. Dans ma joie de la longue promenade que nous allions entreprendre, je fredonnais quelque air récemment écouté, et je faisais les cent pas en attendant que Mme de Villeparisis fût prête. (JF)

Charlus et Morel vont y déjeuner en changeant leurs identités

******

Saint-Pierre-des-Ifs

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
  1   1 1     3

Mme de Villeparisis aime aller s’y promener dans sa calèche en compagnie du Narrateur et de sa grand-mère.

Saint-Pierre est une station du petit train local. Le Narrateur y fait une agréable rencontre : A Saint–Pierre-des-Ifs monta une splendide jeune fille qui, malheureusement, ne faisait pas partie du petit groupe. Je ne pouvais détacher mes yeux de sa chair de magnolia, de ses yeux noirs, de la construction admirable et haute de ses formes. (SG)

******

Saint-Vast

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
      1       1

Station du petit chemin de fer de Balbec où le Narrateur doit retrouver le docteur Cottard : Le surlendemain, le fameux mercredi, dans ce même petit chemin de fer que je venais de prendre à Balbec, pour aller dîner à la Raspelière, je tenais beaucoup à ne pas manquer Cottard à Graincourt–Saint-Vast où un nouveau téléphonage de Mme Verdurin m’avait dit que je le retrouverais. (SG)

******

Tanger

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
    1         1

Saint-Loup en garnison au Maroc annonce à son ami le Narrateur sa prochaine arrivée en France pour un congé très court. Comme il ne ferait que toucher barre à Paris (où sa famille craignait sans doute de le voir renouer avec Rachel), il m’avertissait, pour me montrer qu’il avait pensé à moi, qu’il avait rencontré à Tanger Mlle ou plutôt Mme de Stermaria, car elle avait divorcé après trois mois de mariage. Et Robert se souvenant de ce que je lui avais dit à Balbec avait demandé de ma part un rendez-vous à la jeune femme. Elle dînerait très volontiers avec moi, lui avait-elle répondu, un des jours que, avant de regagner la Bretagne, elle passerait à Paris. (Guer)

******

Tansonville

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
12 4 3     7 26 52

C’est à Tansonville que se trouve la propriété de Swann. l’on sortait de la ville par le chemin qui passait le long de la barrière blanche du parc de M. Swann. Avant d’y arriver, nous rencontrions, venue au-devant des étrangers, l’odeur de ses lilas. C’est également dans un raidillon proche de la maison de Swann que l’on trouve cette haie d’aubépine qui enchante tant le Narrateur : mon grand-père m’appelant et me désignant la haie de Tansonville, me dit : « Toi qui aimes les aubépines, regarde un peu cette épine rose ; est-elle jolie ! » En effet c’était une épine, mais rose, plus belle encore que les blanches. (Swann)

Depuis le mariage de Swann avec Odette, la famille du Narrateur évite d’aller se promener du côté de Tansonville. Pourtant, un jour, croyant les Swann absents les promeneurs passent près de la maison et le Narrateur aperçoit Une fillette d’un blond roux qui avait l’air de rentrer de promenade et tenait à la main une bêche de jardinage, nous regardait, levant son visage semé de taches roses. (Swann) Il s’agit de Gilberte la fille d’Odette et de Swann.

Beaucoup plus tard, le Narrateur rend visite à Gilberte qui a épousé Robert de Saint-Loup et qui est installée dans la maison de son père. Plus tard encore, durant la guerre, Gilberte se repliera à Tansonville pour défendre le château contre les allemands, prétendra-t ’elle.

******

Thiberzy

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
4             4

Une nuit à Combray, la fille de cuisine est sur le point d’accoucher : Comme un fruit caché qui serait parvenu à maturité sans qu’on s’en aperçût et se détacherait spontanément, survint une nuit la délivrance de la fille de cuisine. Mais ses douleurs étaient intolérables, et comme il n’y avait pas de sage-femme à Combray, Françoise dut partir avant le jour en chercher une à Thiberzy. (Swann)

******

Trieste

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
      10       10

Un jour dans le petit train de bord de mer, Albertine fait une confidence au Narrateur qui le remplit de colère mêlée à de la tristesse et ravive sa jalousie maladive :  Vous vous rappelez que je vous ai parlé d’une amie plus âgée que moi, qui m’a servi de mère, de sœur, avec qui j’ai passé à Trieste mes meilleures années et que, d’ailleurs, je dois dans quelques semaines retrouver à Cherbourg, d’où nous voyagerons ensemble (c’est un peu baroque, mais vous savez comme j’aime la mer), hé, bien ! cette amie (oh ! pas du tout le genre de femmes que vous pourriez croire !), regardez comme c’est extraordinaire, est justement la meilleure amie de la fille de ce Vinteuil, et je connais presque autant la fille de Vinteuil. (SG)

******

Venise

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
14 14 13 5 30 42 18 136

Tout jeune déjà, le Narrateur rêve d’aller visiter Venise. La décision d’un voyage dans la cité des Doges est enfin prise. Le Narrateur va enfin satisfaire son rêve. Il est tellement excité à la pensée de ce voyage qu’il tombe malade et il faut renoncer au voyage, le Narrateur est malade. « Il doit faire encore froid sur le Grand Canal, tu ferais bien de mettre à tout hasard dans ta malle ton pardessus d’hiver et ton gros veston. » A ces mots je m’élevai à une sorte d’extase; ce que j’avais cru jusque-là impossible, je me sentis vraiment pénétrer entre ces « rochers d’améthyste pareils à un récif de la mer des Indes »; par une gymnastique suprême et au-dessus de mes forces, me dévêtant comme d’une carapace sans objet de l’air de ma chambre qui m’entourait, je le remplaçai par des parties égales d’air vénitien, cette atmosphère marine, indicible et particulière comme celle des rêves que mon imagination avait enfermée dans le nom de Venise, je sentis s’opérer en moi une miraculeuse désincarnation; elle se doubla aussitôt de la vague envie de vomir qu’on éprouve quand on vient de prendre un gros mal de gorge, et on dut me mettre au lit avec une fièvre si tenace, que le docteur déclara qu’il fallait renoncer non seulement à me laisser partir maintenant à Florence et à Venise mais, même quand je serais entièrement rétabli, m’éviter d’ici au moins un an, tout projet de voyage et toute cause d’agitation. (Swann)

Le Narrateur regrettera ce voyage manqué très longtemps : C’était justement celui où Albertine avait revêtu pour la première fois la robe de chambre bleu et or de Fortuny qui, en m’évoquant Venise, me faisait plus sentir encore ce que je sacrifiais pour elle, qui ne m’en savait aucun gré. Si je n’avais jamais vu Venise, j’en rêvais sans cesse, depuis ces vacances de Pâques qu’encore enfant j’avais dû y passer, et plus anciennement encore, par les gravures de Titien et les photographies de Giotto que Swann m’avait jadis données à Combray. La robe de Fortuny que portait ce soir-là Albertine me semblait comme l’ombre tentatrice de cette invisible Venise. (Pris)

Enfin, il réalise son rêve., la Mère du Narrateur entreprend avec son fils, dans le but d’adoucir la peine qu’il a ressenti après le départ d’Albertine puis à l’annonce brutale de sa mort : Ma mère m’avait emmené passer quelques semaines à Venise et – comme il peut y avoir de la beauté aussi bien que dans les choses les plus humbles dans les plus précieuses – j’y goûtais des impressions analogues à celles que j’avais si souvent ressenties autrefois à Combray, mais transposées selon un mode entièrement différent et plus riche. Quand, à dix heures du matin, on venait ouvrir mes volets, je voyais flamboyer, au lieu du marbre noir que devenaient en resplendissant les ardoises de Saint-Hilaire, l’Ange d’Or du campanile de Saint-Marc. (Fug)

******

Versailles

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
3 1 4 3 16 1 2 30

Le Narrateur maladivement jaloux apprend que le chauffeur chargé de conduire mais aussi de surveillé Albertine ne l’a pas informé que lors d’une randonnée à Versailles, la jeune fille lui a faussé compagnie durant plusieurs heures. C’est ainsi que, tout dernièrement, ayant envoyé Albertine seule avec lui à Versailles, Albertine m’avait dit avoir déjeuné aux Réservoirs… Elle m’a quitté en arrivant à Versailles pour prendre un fiacre à cheval, ce qu’elle préfère quand ce n’est pas pour faire de la route. » (Pris)

C’est à Versailles que le Narrateur et Albertine feront une dernière promenade avant que celle-ci ne le quitte définitivement. Albertine était restée dans sa chambre, à lire, dans son peignoir de Fortuny. Je lui demandai si elle voulait venir à Versailles. Elle avait cela de charmant qu’elle était toujours prête à tout, peut-être par cette habitude qu’elle avait autrefois de vivre la moitié du temps chez les autres, et comme elle s’était décidée à venir à Paris, en deux minutes, elle me dit : « Je peux venir comme cela, nous ne descendrons pas de voiture.  » (Pris)

******

Vieuvicq

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
4             4

Le docteur Percepied  propose au Narrateur et à ses parents de les ramener à Combray dans sa calèche. Le jeune garçon s’installe à côté du cocher. Ebloui par la beauté du paysage il demande un bout de papier et un crayon et malgré les cahots de la voiture note ses impressions.

« Seuls, s’élevant du niveau de la plaine et comme perdus en rase campagne, montaient vers le ciel les deux clochers de Martinville. Bientôt nous en vîmes trois : venant se placer en face d’eux par une volte hardie, un clocher retardataire, celui de Vieuxvicq, les avait rejoints. Les minutes passaient, nous allions vite et pourtant les trois clochers étaient toujours au loin devant nous, comme trois oiseaux posés sur la plaine, immobiles et qu’on distingue au soleil. Puis le clocher de Vieuxvicq s’écarta, prit ses distances, et les clochers de Martinville restèrent seuls, éclairés par la lumière du couchant que même à cette distance, sur leurs pentes, je voyais jouer et sourire. (Swann)

******

Vitré

Swann JF Guer SG Pris Fug TR Total
2             2

Station du chemin de fer : Vitré dont l’accent aigu losangeait de bois noir le vitrage ancien (Swann)

******

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *