Dieulafoy (Professeur)

Paul_Georges_Dieulafoy

Professeur Dieulafoy (1839-1911)

Nombre de citations du personnage dans chacun des sept livres de la Recherche

Total

Swann

JF

Guer

SG

Pris

Fug

TR

11

   

11

       

A réellement existé (1839 – 1911). Il était un confrère du père de Marcel, Adrien Proust, à l’Hôtel-Dieu.

Professeur en médecine. Sur les conseils du duc de Guermantes il est appelé au chevet de la grand-mère du narrateur qui est mourante. S’il a eu dans le passé une excellente réputation de médecin, il est plutôt considéré désormais comme le spécialiste du constat d’agonie ou de mort (1).

 

(1)

A ce moment, mon père se précipita, je crus qu’il y avait du mieux ou du pire. C’était seulement le docteur Dieulafoy qui venait d’arriver. Mon père alla le recevoir dans le salon voisin, comme l’acteur qui doit venir jouer. On l’avait fait demander non pour soigner, mais pour constater, en espèce de notaire. Le docteur Dieulafoy a pu en effet être un grand médecin, un professeur merveilleux; à ces rôles divers où il excella, il en joignait un autre dans lequel il fut pendant quarante ans sans rival, un rôle aussi original que le raisonneur, le scaramouche ou le père noble, et qui était de venir constater l’agonie ou la mort. Son nom déjà présageait la dignité avec laquelle il tiendrait l’emploi, et quand la servante disait : M. Dieulafoy, on se croyait chez Molière. (Guer 342/331).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *