Courvoisier Adalbert (Vicomte de)

Nombre de citations du personnage dans chacun des sept livres de la Recherche

Total

Swann

JF

Guer

SG

Pris

Fug

TR

2

     

1

   

1

Le Vicomte Adalbert de Courvoisier appartient à une famille rivale de celle des Guermantes. Il est le neveu de Madame de Gaillardon qui le présente à son cousin, le baron de Charlus (1).

Apparemment un parfait époux il est en fait inverti et se rend dans le bordel de Jupien sans savoir que Charlus s’y trouve aussi (2).

(1)
A ce moment la partie du baron fut interrompue par Madame de Gaillardon, conduisant son neveu, le vicomte de Courvoisier, jeune homme d’une jolie figure et d’un air impertinent : « Mon cousin, dit Madame de Gaillardon, permettez-moi de vous présenter mon neveu Adalbert. Adalbert, tu sais, le fameux oncle Palamède dont tu entends toujours parler.—Bonsoir, Madame de Gaillardon« , répondit M. de Charlus. Et il ajouta sans même regarder le jeune homme : « Bonsoir, Monsieur », d’un air bourru et d’une voix si violemment impolie, que tout le monde en fut stupéfait. (SG 652/53).
(2)

D’ailleurs, il [Jupien] n’avait pas d’autre chambre à me [le narrateur] donner, son hôtel, malgré la guerre, étant plein. Celle que je venais de quitter avait été prise par le vicomte de Courvoisier qui, ayant pu quitter la Croix-Rouge de X… pour deux jours, était venu se délasser une heure à Paris avant d’aller retrouver au château de Courvoisier la vicomtesse à qui il dirait n’avoir pas pu prendre le bon train. Il ne se doutait guère que M. de Charlus était à quelques mètres de lui et celui-ci ne s’en doutait pas davantage, n’ayant jamais rencontré son cousin chez Jupien lequel ignorait la personnalité du vicomte soigneusement dissimulée. (TR 824/130).

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *