Chaussepierre (Monsieur de)

Nombre de citations du personnage dans chacun des sept livres de la Recherche

Total

Swann

JF

Guer

SG

Pris

Fug

TR

11

1

   

5

5

   

Les Chaussepierre forment un couple modeste, économe et effacé et sont méprisés par la duchesse de Guermantes. A la surprise générale, M. de Chaussepierre plus habile que certains le pensaient, est élu président du Jockey en battant le duc de Guermantes qui n’a pas fait campagne, quasiment assuré d’être élu. Chaussepierre n’a pas manqué au cours de sa campagne de rappeler l’amitié du duc pour Swann, un israélite. Cet argument a sûrement été déterminant auprès de la bourgeoisie de l’époque ouvertement antisémite (nous sommes en pleine affaire Dreyfus). Les Guermantes feignent d’avoir oublié cet incident qui restera pourtant rester gravé longtemps dans leur esprit (1).

 

(1)

Le jour de l’élection, à la surprise générale, l’obscurité triompha de l’éblouissement : Chaussepierre, deuxième vice-président, fut nommé président du Jockey, et le duc de Guermantes resta sur le carreau, c’est-à-dire premier vice-président. Certes, être président du Jockey ne représente pas grand’chose à des princes de premier rang comme étaient les Guermantes. Mais ne pas l’être quand c’est votre tour, se voir préférer un Chaussepierre, à la femme de qui Oriane, non seulement ne rendait pas son salut deux ans auparavant, mais allait jusqu’à se montrer offensée d’être saluée par cette chauve-souris inconnue, c’était dur pour le duc. Il prétendait être au-dessus de cet échec, assurant, d’ailleurs, que c’était à sa vieille amitié pour Swann qu’il le devait. En réalité, il ne décolérait pas (Pris 39/33).

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *