Albaret Céleste

Céleste AlbaretCéleste Albaret par Jean-Claude Fourneau

A réellement vécu. Elle a été la fidèle gouvernante de Proust durant les dernières années de sa vie.

Nombre de citations du personnage dans chacun des sept livres de la Recherche

Total

Swann

JF

Guer

SG

Pris

Fug

TR

26

     

24

2

Elle est la femme de chambre d’une cliente du Grand Hôtel de Balbec où elle loge avec sa sœur Marie Gineste. Le narrateur se lie d’amitié avec les deux femmes dotées d’un caractère très différent (1). Céleste fait preuve d’une personnalité affirmée et peut se montrer sans gêne avec le narrateur qu’elle traite avec familiarité ce que d’ailleurs ce dernier accepte volontiers (2). Elle est parfois sujette à de violentes colères et peut alors se montrer insupportable (3).

Françoise jalouse et possessive n’apprécie pas la complicité qui s’est instaurée entre le narrateur et les deux femmes (4).

Nota : Dans la vie Céleste Albaret a été la fidèle gouvernante de Marcel Proust de 1913 à 1922. Elle l’a aidé dans ses travaux et l’a soigné avec beaucoup d’abnégation jusqu’au tout dernier jour. Avant de mourir en 1984 et sur les conseils du collectionneur et bibliophile Jacques Guérin, elle livre ses souvenirs qui ont été mis en forme dans l’ouvrage Monsieur Proust. Pour plus d’information, se rendre à la rubrique : Marcel Proust vu par sa gouvernante Céleste Albaret

Marcel Proust avait beaucoup d’estime pour elle et lui a offert un poème en marque de reconnaissance :

Poésie céleste

celeste_albaretPhoto de Céleste Albaret

* Céleste était la nièce par alliance d’Albert Nègre, évêque de Tulle.

(1)

Malgré la difficulté qu’il y avait pour un client à aller dans des chambres de courrières, et réciproquement, je m’étais très vite lié d’une amitié très vive, quoique très pure, avec ces deux jeunes personnes, Mlle Marie Gineste et Mme Céleste Albaret.
…Céleste Albaret plus molle et languissante, étalée comme un lac, mais avec de terribles retours de bouillonnement où sa fureur rappelait le danger des crues et des tourbillons liquides qui entraînent tout, saccagent tout. (SG 846/240).

(2)

Céleste me disait : « Oh ! petit diable noir aux cheveux de geai, ô profonde malice ! je ne sais pas à quoi pensait votre mère quand elle vous a fait, car vous avez tout d’un oiseau. Regarde, Marie, est-ce qu’on ne dirait pas qu’il se lisse ses plumes, et tourne son cou avec une souplesse, il a l’air tout léger, on dirait qu’il est en train d’apprendre à voler. Ah! vous avez de la chance que ceux qui vous ont créé vous aient fait naître dans le rang des riches ; qu’est-ce que vous seriez devenu, gaspilleur comme vous êtes. Voilà qu’il jette son croissant parce qu’il a touché le lit. Allons bon, voilà qu’il répand son lait, attendez que je vous mette une serviette car vous ne sauriez pas vous y prendre, je n’ai jamais vu quelqu’un de si bête et de si maladroit que vous. » (SG 846/240).

(3)

Céleste reprochait quelquefois à son mari de ne pas la comprendre, et moi je m’étonnais qu’il pût la supporter. Car à certains moments, frémissante, furieuse, détruisant tout, elle était détestable. (SG 850/243).

(4)

Françoise n’aimait pas du tout que celles qu’elle appelait les deux enjôleuses vinssent ainsi tenir conversation avec moi. (SG 848/242).

 

 

 

 

3 réflexions au sujet de « Albaret Céleste »

  1. Il me semble que le nom de Céleste Albaret apparaît également une fois dans « La Prisonnière », lorsque le narrateur évoque la poésie de celle-ci, qui venue chez lui s’était écriée : « O majesté du ciel déposée sur un lit! ».
    Bravo pour ce site, aussi enrichissant que passionnant.

    • Vous avez mille fois raison. Céleste est bien citée dans la prisonnière (page 131 dans la collection de la Pléiade et page 121 chez classique Folio). Je vais procéder à la correction.
      Merci pour votre gentil commentaire.

  2. Ailleurs dans « La Prisonniere, » la poesie d’Albertine est comparee a celle de Celeste: « une poesie moins etrange, moins personnelle que celle de Celeste Albaret par example. Jamais Albertine n’aurait trouve ce que Celeste me disait… »

    Merci de votre site, qui aide ma lecture quand il le faut!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *