Journaliste giflé

Nombre de citations du personnage dans chacun des sept livres de la Recherche

Total

Swann

JF

Guer

SG

Pris

Fug

TR

9

   

 7

   

 1

1

Le narrateur est dans un théâtre avec son ami Saint Loup et se plaint d’être incommodé par la fumée d’un journaliste. Celui-ci refuse d’éteindre son cigare et se montre incorrect et Saint-Loup lui administre une gifle retentissante (1)

(1)

Il n’est pas défendu de fumer, que je sache ; quand on est malade, on n’a qu’à rester chez soi, dit le journaliste.

Le danseur sourit mystérieusement à l’artiste.

Oh ! tais-toi, tu me rends folle, lui cria-t-elle, on en fera des parties !

En tout cas, monsieur, vous n’êtes pas très aimable, dit Saint–Loup au journaliste, toujours sur un ton poli et doux, avec l’air de constatation de quelqu’un qui vient de juger rétrospectivement un incident terminé.

A ce moment, je vis Saint–Loup lever son bras verticalement au-dessus de sa tête comme s’il avait fait signe à quelqu’un que je ne voyais pas, ou comme un chef d’orchestre, et en effet—sans plus de transition que, sur un simple geste d’archet, dans une symphonie ou un ballet, des rythmes violents succèdent à un gracieux andante—après les paroles courtoises qu’il venait de dire, il abattit sa main, en une gifle retentissante, sur la joue du journaliste (Guer 180/172).

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *