Picquart (Colonel)

Nombre de citations du personnage dans chacun des sept livres de la Recherche

Total

Swann

JF

Guer

SG

Pris

Fug

TR

14

   

8

4

1

 

1

A réellement existé

Un des personnages clé de l’affaire Dreyfus. Convaincu de l’innocence du capitaine Alfred Dreyfus, il joue un rôle important dans sa défense puis sa réhabilitation.

Le colonel Picquart fréquente le salon des Verdurin avec d’autres célébrités alors que les salons du faubourg Saint Germain fréquentés d’antidreyfusard lui sont naturellement interdits (1).

Finalement Dreyfus sera réhabilité et Picquart deviendra ministre de la guerre (2).

(1)

Dans ce grand monde-là, celui des Guermantes, d’où la curiosité se détournait un peu, les modes intellectuelles nouvelles ne s’incarnaient pas en divertissements à leur image, comme en ces bluettes de Bergotte écrites pour Mme Swann, comme en ces véritables séances de salut public (si le monde avait pu s’intéresser à l’affaire Dreyfus) où chez Mme Verdurin se réunissaient Picquart, Clemenceau, Zola, Reinach et Labori (SG 747/144).

(2)

Or rien ne dit qu’une guerre aussi prolongée même si elle doit avoir une issue victorieuse ne soit pas sans péril. Il est difficile de parler de choses qui n’ont point de précédent et des répercussions sur l’organisme d’une opération qu’on tente pour la première fois. Généralement, il est vrai, ces nouveautés dont on s’alarme se passent fort bien. Les républicains les plus sages pensaient qu’il était fou de faire la séparation de l’Eglise. Elle a passé comme une lettre à la poste. Dreyfus a été réhabilité, Picquart ministre de la Guerre, sans qu’on crie ouf (TR 797/104).

 

 

 

 

3 réflexions au sujet de « Picquart (Colonel) »

  1. Pourquoi le colonel Picquart, qui est un personnage réel – physique – ayant vécu, figure-t-il parmi les personnages du roman de Proust, alors que d’autres personnages réels, dont les noms sont cités dans le roman, p. ex. Anatole France, Clemenceau, Zola (il y en a d’autres) n’ont pas obtenu une telle place?
    C’est inconsistent, non?

    • Pas si inconsistant que cela. C’est un choix de l’auteur. Imagine-t-on l’affaire Dreyfus, citée si souvent dans « le Recherche », rebaptisée l’affaire Cohen ou l’affaire Lévy ? Partant de là il ne paraît pas anormal que Proust ait conservé les noms réels des personnages associés à cette affaire.

      • Il y a une grand nombre de personnages réels, appartenant à l’affaire Dreyfus, p.ex. le général Boisdeffre, du Paty de Clam, Clemenceau, et j’en passe, qui sont mentionnés dans RTP, sans figurer parmi les « personnages » du roman. Les personnages « romanesques » en parlent, mais ils ne font pas partie de la gallerie des caractères du roman. Il ne sont jamais presents, ne parlent jamais, etc. Ce n’est évidemment pas Proust qui est inconsistent, mais les commentateurs. Proust n’a pas « choisi », fait un choix de personnages pour son roman. Il en a créé (p. ex. le narrateur « qui n’est pas moi », les parents, qui ne sont ni Jeanne ni Adrien Proust). Il n’a pas créé les figures historiques citées par ses personnages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *