Faffenheim-Munsterburg-Weinigen (Prince de)

Nombre de citations du personnage dans chacun des sept livres de la Recherche

Total

Swann

JF

Guer

SG

Pris

Fug

TR

7

   

7

       

Premier ministre allemand. Favorisé par le sort, il n’a plus qu’une seule ambition, celle de se faire élire à l’Institut. On le rencontre pour la première fois en visite chez Mme de Villeparisis où il est venu dans l’espoir de rencontrer M. de Norpois pour lui demander de l’aider dans son projet mais évidemment, comme d’habitude et en bon diplomate M. de Norpois lui refusera son appui (1). Pour des raisons de commodité et pour respecter la mode des surnoms de l’époque, le prince est souvent appelé Von (2).

(1)
…et n’avait plus qu’une ambition dans la vie, celle d’être élu membre correspondant de l’Académie des Sciences morales et politiques, raison pour laquelle il était venu chez Mme de Villeparisis. Si lui, dont la femme était à la tête de la coterie la plus fermée de Berlin, avait sollicité d’être présenté chez la marquise, ce n’était pas qu’il en eût éprouvé d’abord le désir. Rongé depuis des années par cette ambition d’entrer à l’Institut, il n’avait malheureusement jamais pu voir monter au-dessus de cinq le nombre des Académiciens qui semblaient prêts à voter pour lui. Il savait que M. de Norpois disposait à lui seul d’au moins une dizaine de voix auxquelles il était capable, grâce à d’habiles transactions, d’en ajouter d’autres. (Guer 257/248).
(2)

…accompagnée d’un sourire ironique ou bonhomme du prince de Faffenheim, l’ami de M. de Norpois, et que, par la manie de surnoms propre à ce milieu, on appelait si universellement le  prince Von , que lui-même signait « prince  Von », ou, quand il écrivait à des intimes, « Von ». (Guer 432/418).

 

 

 

 

 

Une réflexion au sujet de « Faffenheim-Munsterburg-Weinigen (Prince de) »

  1. Toute mon admiration va à votre patient travail, dont l’utilité n’échappera à aucun lecteur attentif de la Recherche. Les illustrations remarquables de votre site, en particulier les portraits imaginés des personnages ajoutent le plaisir aux connaissances que l’on gagne à vous lire.
    Merci pour tout cela.

    Puis je suggérer une mention de l’édition en livre audio (ed. Thélème), grâce à laquelle je redécouvre en ce moment l’oeuvre de Proust, avec un grand plaisir.
    Dussolier, Wilson, Gallienne donnent vie au texte, sans rien ôter, contrairement au film, à la liberté d’imaginer du lecteur.

    Comme votre site le fait si bien, la lecture à voix haute apporte un nouvel angle d’approche, une dimension supplémentaire à l’ouvrage.

    Je pense que Proust aurait aimé cela, lui pour qui toute observation mérite, dans l’espace et dans le temps, la multiplication des points de vue.

    Cordialement

    J. Réquin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *