Les asperges

Le narrateur regarde avec intérêt la fille de cuisine nettoyer les asperges pour le repas chez tante Léonie. Il n’apprendra que plus tard que si on mangeait aussi souvent des asperges à Combray c’est tout simplement parce que la fille de cuisine était allergique à ce légume et que cela amusait beaucoup Françoise.

« Je m’arrêtais à voir sur la table, où la fille de cuisine venait de les écosser, les petits pois alignés et nombrés comme des billes vertes dans un jeu ; mais mon ravissement était devant les asperges, trempées d’outremer et de rose et dont l’épi, finement pignoché de mauve et d’azur, se dégrade insensiblement jusqu’au pied,—encore souillé pourtant du sol de leur plant,—par des irisations qui ne sont pas de la terre. Il me semblait que ces nuances célestes trahissaient les délicieuses créatures qui s’étaient amusées à se métamorphoser en légumes et qui, à travers le déguisement de leur chair comestible et ferme, laissaient apercevoir en ces couleurs naissantes d’aurore, en ces ébauches d’arc-en-ciel, en cette extinction de soirs bleus, cette essence précieuse que je reconnaissais encore quand, toute la nuit qui suivait un dîner où j’en avais mangé, elles jouaient, dans leurs farces poétiques et grossières comme une féerie de Shakespeare, à changer mon pot de chambre en un vase de parfum. » (Swann 121/195).

3 réflexions au sujet de « Les asperges »

  1. Il y a un autre passage où la duchesse de Guermantes fait resservir des asperges au narrateur. Il y a à ce moment-là une discussion au sujet des tableaux d’Elstir dont l’un représente une botte d’asperges;

  2. Ping : L’odorant ou l’odorat? Telle est l’asperge | PerrUche en Automne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *