Guerre et personnages

Le Temps retrouvé (La Pléïade 1954, page 737 et Folio 1988, page 43)

 

 

Je songeais que je n’avais pas revu depuis bien longtemps aucune des personnes dont il a Ă©tĂ© question dans cet ouvrage. En 1914 seulement, pendant les deux mois que j’avais passĂ©s Ă  Paris j’avais aperçu M. de Charlus et vu Bloch et Saint-Loup, ce dernier seulement deux fois. La seconde fois Ă©tait certainement celle oĂą il s’Ă©tait le plus montrĂ© lui-mĂŞme, il avait effacĂ© toutes les impressions peu agrĂ©ables d’insincĂ©ritĂ© qu’il m’avait produites pendant le sĂ©jour Ă  Tansonville que je viens de rapporter et j’avais reconnu en lui toutes les belles qualitĂ©s d’autrefois. La première fois que je l’avais vu après la dĂ©claration de guerre, c’est-Ă -dire au dĂ©but de la semaine qui suivit, tandis que Bloch faisait montre des sentiments les plus chauvins, Saint-Loup, une fois que Bloch nous avait eu quittĂ©s, n’avait pas assez d’ironie pour lui-mĂŞme qui ne reprenait pas de service et j’avais Ă©tĂ© presque choquĂ© de la violence de son ton.

*****